Navigation Menu

Des vins chinois surclassent des Bordeaux : qu’avait bu le jury ?

Des vins chinois surclassent des Bordeaux : qu’avait bu le jury ?Les vins chinois ne valent rien ou pas grand-chose, cela tout le monde le sait tant cet argu­ment est inlas­sa­ble­ment répété. C’était d’ailleurs il y a quelques années la même chose pour d’autres produc­tions émanant des « pays du Nouveau Monde », du moins vu par quelques Fran­çais certains de cette supé­rio­rité héritée.

Sans doute lié à un repas trop arrosé d’alcool de riz et quelques enve­loppes rouges aidant, un jury a eu l’outrecuidance de décer­ner les quatre premières places à des vins origi­naires de la minus­cule région auto­nome du Ningxia. Lors d’une dégus­ta­tion aveugle oppo­sant divers Bordeaux à des produits origi­naires de cette région à forte concen­tra­tion ethnique, c’est un Médoc qui prend une surpre­nante cinquième place, le contenu ayant sans doute mal supporté le voyage.

Il faut dire que le jury était composé en partie de Chinois, que la dégus­ta­tion se passait en Chine, ce qui a déjà passa­ble­ment impres­sionné des juges fran­çais mal à l’aise avec un poli­cier derrière leurs dos, le doigt sur la gâchette. Dès lors ce clas­se­ment n’a qu’une valeur rela­tive et ne devrait pas provo­quer d’incident diplo­ma­tique majeur.

Plai­san­te­rie mise à part, il serait judi­cieux de consi­dé­rer que si la majeure partie des vins chinois sont encore loin d’être des concur­rents sérieux pour la France en termes de qualité, ce secteur progresse à l’image d’autres où là encore les clichés prennent le pas sur la réalité. Comme il est souvent écrit ici, il faut faire atten­tion à ne pas trop dormir sur nos lauriers au risque de se voir un jour dépassé par des produits média­ti­que­ment jugé médiocre afin de plaire à l’opinion publique. Les vrais profes­sion­nels du secteur vini­cole sont eux très au fait des progrès réali­sés, le concours cité plus haut n’étant donc pas une surprise pour eux.

Des régions comme celle du Ningxia disposent en effet d’un terroir parti­cu­liè­re­ment bien adapté à la produc­tion de vins de qualité. Finan­ciè­re­ment aidés par des respon­sables poli­tiques dési­rant faire sortir cette région de sa pauvreté, les inves­tis­se­ments y sont impor­tants et commencent à porter leurs fruits. C’est ainsi qu’en décembre dernier un de ces vins du Ningxia avait fait sensa­tion à Londres en rempor­tant un des prix au Decan­ter World Wine Awards.

Si ces produc­tions de qualité sont encore peu nombreuses, reste à leurs produc­teurs à les proté­ger de concur­rents locaux qui n’hésitent pas à utili­ser cette noto­riété nais­sante pour écou­ler des vins de qualité plus que médiocre. Ce sera à l’avenir un des défis auquel seront confron­tés les viti­cul­teurs chinois propo­sant des produits de qualité. Des scan­dales à répé­ti­tion dans ce domaine ruine­raient les efforts de ces dix dernières années, ce surtout face à leurs homo­logues occi­den­taux sachant très bien mettre en avant les dérives chinoises pour plus aisé­ment oublier les leurs.

Pour conclure, un message sous forme d’une vidéo à l’attention des membres fran­çais du jury de ce concours et des suivants.

[flv width=«640» height=«480»]http://www.refletsdechine.com/videos/bourvil.flv[/flv]

Albié Alain
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois.
Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes.
La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.