Navigation Menu

De Bo Xilai à DSK : Complot à tous les étages

MarqueLe secré­taire géné­ral de Chong­qing démis de ses fonc­tions, un ex-patron du FMI mis en examen pour proxé­né­tisme, un tueur se récla­mant d’Al Qu’Aïda, tous ces éléments pour­tant éloi­gnés des uns des autres ont un point commun qui est celui de l’hypothétique éven­tua­lité d’un complot. Pour beau­coup en effet regar­der la vérité en face est quelque chose de trop simple ou de trop gênant pour son forma­tage idéo­lo­gique et il faut donc cher­cher ailleurs.

Il est vrai que la presse est pour beau­coup dans ces divers enfu­mages, faire beau­coup avec rien étant devenu une spécia­lité de bien des médias. Les habi­tants de Wukan faisant plier les auto­ri­tés chinoises est un de ces aspects visant à faire de quelque chose d’ordinaire un évène­ment excep­tion­nel atti­rant les mouches des quatre coins du monde qui sans rien avoir à dire en feront toute de même quelques romans. Écrire que Bo Xilai est tombé parce que pas aussi blanc qu’il le lais­sait paraître n’intéresse pas les foules, et permet donc d’échafauder n’importe quelle hypo­thèse entre­te­nue par un Weibo devenu source d’inspiration pour des jour­na­listes sans matière grise ou autre alors qu’il est un haut lieu du colpor­tage de rumeurs et amuse­ments en tous genres.

Il en est de même pour DSK qui est encore porté aux nues par quelques-uns de ces déçus de s’être trom­pés sur la personne et qui voient là le signe d’un complot visant à écar­ter un dange­reux concur­rent. Dans ces condi­tions l’initiateur de cette machia­vé­lique machi­na­tion ne serait autre que Fran­çois Hollande puisque celui-ci est en tête des sondages devant le président sortant. Certains me diront que si DSK s’était présenté les élec­tions n’auraient été qu’une forma­lité, ce qui est peut-être vrai, mais reste au niveau des suppo­si­tions. Là encore il n’est pas valo­ri­sant d’écrire que l’ex-patron du FMI est simple­ment un de ces malades dont beau­coup garnissent nos lits d’hôpitaux ou sont gratui­te­ment logés après une mise en examen sous le même chef d’inculpation, mais qui ne béné­fi­cient pas d’une liberté en raison de leur notoriété.

Mettre trente heures pour mettre fin à la nuisance d’un person­nage ayant froi­de­ment assas­siné sept personnes, dont des enfants, est toujours la marque évidente d’une mani­pu­la­tion visant à servir le pouvoir sortant. Si ce siège est jugé par beau­coup comme mettant en lumière l’inefficacité d’un système par les uns, c’est pour­tant le camp opposé qui est accusé d’avoir orga­nisé ce qui est présenté comme une mani­pu­la­tion. C’est là encore l’occasion d’évoquer le complot et d’occuper la une des jour­naux par des articles incon­sis­tants si ce n’est par leur soif d’amplifier n’importe quelle rumeur venue d’on ne sait où.

Si ce genre de manœuvres existe bel et bien, cette mala­die deve­nue chro­nique depuis les atten­tats du 11 septembre rend les réels complots bien moins visibles de par leur mélange avec des affaires bien plus limpides. Le « complo­tisme » est devenu une profes­sion en servant de socle à de nombreux détra­qués qui lorsqu’il pleut, cherchent à expli­quer que les nuages ont été télé­gui­dés depuis des lieux tenus secrets pour créer des inon­da­tions dévastatrices.

Si les reli­gions ont été durant de siècles les médias annon­çant la vengeance d’un dieu tout puis­sant, leurs baisses de crédi­bi­lité laissent la place à une autre forme de croyance qu’est ce « complo­tage » omni­pré­sent à qui des temples ne devraient pas tarder à être dédiés.

Albié Alain
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois.
Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes.
La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.