Le monde vu de Chine

.

De Bo Xilai à DSK : Complot à tous les étages


MarqueLe secrétaire général de Chongqing démis de ses fonctions, un ex-patron du FMI mis en examen pour proxénétisme, un tueur se réclamant d’Al Qu’Aïda, tous ces éléments pourtant éloignés des uns des autres ont un point commun qui est celui de l’hypothétique éventualité d’un complot. Pour beaucoup en effet regarder la vérité en face est quelque chose de trop simple ou de trop gênant pour son formatage idéologique et il faut donc chercher ailleurs.

Il est vrai que la presse est pour beaucoup dans ces divers enfumages, faire beaucoup avec rien étant devenu une spécialité de bien des médias. Les habitants de Wukan faisant plier les autorités chinoises est un de ces aspects visant à faire de quelque chose d’ordinaire un évènement exceptionnel attirant les mouches des quatre coins du monde qui sans rien avoir à dire en feront toute de même quelques romans. Écrire que Bo Xilai est tombé parce que pas aussi blanc qu’il le laissait paraître n’intéresse pas les foules, et permet donc d’échafauder n’importe quelle hypothèse entretenue par un Weibo devenu source d’inspiration pour des journalistes sans matière grise ou autre alors qu’il est un haut lieu du colportage de rumeurs et amusements en tous genres.

Il en est de même pour DSK qui est encore porté aux nues par quelques-uns de ces déçus de s’être trompés sur la personne et qui voient là le signe d’un complot visant à écarter un dangereux concurrent. Dans ces conditions l’initiateur de cette machiavélique machination ne serait autre que François Hollande puisque celui-ci est en tête des sondages devant le président sortant. Certains me diront que si DSK s’était présenté les élections n’auraient été qu’une formalité, ce qui est peut-être vrai, mais reste au niveau des suppositions. Là encore il n’est pas valorisant d’écrire que l’ex-patron du FMI est simplement un de ces malades dont beaucoup garnissent nos lits d’hôpitaux ou sont gratuitement logés après une mise en examen sous le même chef d’inculpation, mais qui ne bénéficient pas d’une liberté en raison de leur notoriété.

Mettre trente heures pour mettre fin à la nuisance d’un personnage ayant froidement assassiné sept personnes, dont des enfants, est toujours la marque évidente d’une manipulation visant à servir le pouvoir sortant. Si ce siège est jugé par beaucoup comme mettant en lumière l’inefficacité d’un système par les uns, c’est pourtant le camp opposé qui est accusé d’avoir organisé ce qui est présenté comme une manipulation. C’est là encore l’occasion d’évoquer le complot et d’occuper la une des journaux par des articles inconsistants si ce n’est par leur soif d’amplifier n’importe quelle rumeur venue d’on ne sait où.

Si ce genre de manœuvres existe bel et bien, cette maladie devenue chronique depuis les attentats du 11 septembre rend les réels complots bien moins visibles de par leur mélange avec des affaires bien plus limpides. Le « complotisme » est devenu une profession en servant de socle à de nombreux détraqués qui lorsqu’il pleut, cherchent à expliquer que les nuages ont été téléguidés depuis des lieux tenus secrets pour créer des inondations dévastatrices.

Si les religions ont été durant de siècles les médias annonçant la vengeance d’un dieu tout puissant, leurs baisses de crédibilité laissent la place à une autre forme de croyance qu’est ce « complotage » omniprésent à qui des temples ne devraient pas tarder à être dédiés.

Publié par le .



Albié Alain

Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.