Condam­né à mort à 28 ans

sen-haoEn mars 2013, Sen Ho a déci­dé de tuer celui avec qui il parta­geait la cham­bre 421. Les deux jeunes hommes étaient étudiants en méde­ci­ne à l’université Fudan de Shan­ghai. Pour­quoi Sen Ho entretenait-il autant de haine envers Huang Yang ? Par simple jalou­sie. Sen Ho nette­ment assi­du que son cama­ra­de de cham­bre n’a pu suppor­ter que celui-ci se clas­se parmi les meilleurs.

Le 1er avril Huang Yang a été pris de vomis­se­ments et a dû être admis d’urgence à l’hôpital. Il décè­de­ra le 16 avril, son état n’ayant cessé d’empirer durant 15 jours. Si les méde­cins ont consta­té des problè­mes hépa­ti­ques graves, ils n’en connais­sent pas la sour­ce ce qui empê­che un trai­te­ment effi­ca­ce. Sen Ho se garde­ra bien pour sa part de rensei­gner les méde­cins dont il rêvait un temps de faire partie.

La famil­le deman­de alors une autop­sie qui va révé­ler la présen­ce de dimé­thyl­ni­tro­sa­mi­ne. Une enquê­te judi­ciai­re est aussi­tôt ordon­née et les enquê­teurs décou­vrent des traces de poison dans la bonbon­ne d’eau de la cham­bre 421. Inter­ro­gé par la poli­ce en étant suspec­té du fait des rela­tions tendues qu’il entre­te­nait avec son colo­ca­tai­re, Sen Ho passe aux aveux en donnant les détails de cette sordi­de affai­re.

Un tribu­nal vient de condam­ner Sen Ho à la peine capi­ta­le, son meur­tre prémé­di­té s’ajoutant à son silen­ce durant 15 jours. Un méde­cin a en effet décla­ré que si la cause exac­te de l’empoisonnement avait été connue, Huang Yang aurait eu toutes les chan­ces de s’en sortir.

Sen Ho a fait immé­dia­te­ment appel de cette senten­ce et devra donc être reju­gé. Les chan­ces de voir le premier verdict allé­gé ? 50/50 en raison de l’âge du meur­trier.