Navigation Menu

Chaîne de télé­vi­sion ou agence matri­mo­niale ? À vous de voir !

Chaîne de télévision ou agence matrimoniale ? À vous de voir !Un des rares secteurs où la Chine est en défi­cit est celui du nombre de jeunes filles en âge de se marier. Ces reines sont par consé­quent très convoi­tées par une armée de bour­dons dési­rant se lier a priori pour la vie, ce qui ne pourra se confir­mer que plus ou moins long­temps après le mariage. Si depuis des siècles certaines personnes atti­trées se char­geaient des présen­ta­tions, les marieuses d’aujourd’hui sont bien plus élec­tro­niques et virtuelles. S’il existe depuis plusieurs années des sites de rencontres dont certains sont pour­chas­sés par les auto­ri­tés en raison de leur illé­ga­lité, d’autres sont très offi­ciels et ressemblent comme deux gouttes d’eau à ceux dont disposent les cher­cheurs d’amour occidentaux.

Désir d’augmenter son audience ou volonté d’affaiblir un secteur parfois exploité par des escrocs, la chaine régio­nale du Guangxi propose depuis quelque temps un service équi­valent avec en supplé­ment toute la puis­sance du média et une quasi-garantie gouver­ne­men­tale. Si le doute subsiste sur la fina­lité de ce système de petites annonces, c’est parce qu’en Chine la ques­tion se pose très souvent en ce qui concerne l’objectif d’une opéra­tion quelle que ce soit. La publi­cité est en effet absente de ce site et l’inscription y est gratuite, ce qui met de côté tout but lucra­tif du moins à partir du site propre­ment dit.

Chaîne de télévision ou agence matrimoniale ? À vous de voir !Guangxi TV a beau en effet être une entre­prise ratta­chée à l’état, la chaîne se doit d’engranger un maxi­mum de recettes et utilise la base de données de ce site à l’occasion d’une émis­sion qui était il y a peu hebdo­ma­daire avant d’être aujourd’hui quoti­dienne. C’est en effet à 20h50, heure de grande écoute, que débute la partie plus commer­ciale de l’opération ayant pour fond de permettre à une jeune fille de trou­ver son compa­gnon choisi parmi trois candi­dats. Après les présen­ta­tions habi­tuelles sous la forme d’un repor­tage réalisé auprès des parents et proches des diverses parties, a lieu un entre­tien en tête à tête où chacun tente de mieux connaître l’autre. Ce face à face est bien entendu observé de près par les camé­ras et entre­coupé par des tunnels publi­ci­taires assez longs. En supplé­ment de ces annonces, Wahaha, le célèbre fabri­cant de bois­sons non alcoo­li­sées, spon­so­rise l’émission, mais aussi l’éventuel futur mariage.

Une fois les trois candi­dats passés au crible par la jeune fille, elle va soit porter son choix sur l’un d’eux, soit se « remettre en jeu » pour un autre tour si aucun des préten­dants ne corres­pond à ses aspi­ra­tions ou qu’aucun des jeunes hommes ne la trouve à son goût. Il est amusant de consta­ter que dans bien des cas les ques­tions posées par la reine des abeilles tournent autour d’aspects très pratiques. Si les candi­dats sont en effet réci­pro­que­ment infor­més de quelques éléments basiques tels que les reve­nus, la taille (de la personne, pas d’autre chose. Mauvais esprits !), la jeune fille  en demande souvent plus afin de garan­tir son éven­tuel place­ment. C’est ainsi qu’il y a quelque temps une candi­date, qui n’aurait pour­tant pas dû être diffi­cile vu son physique (ben oui, désolé !), a litté­ra­le­ment harcelé son inter­lo­cu­teur avec des ques­tions du genre :

  • Tu as une voiture ?
  • Tu es proprié­taire de ton appartement ?
  • Tes parents sont riches ?
  • Etc. …

Ce qui lui a valu de rentrer seule à la maison, aucun des candi­dats ne dési­rant fréquen­ter une bergère visi­ble­ment plus inté­res­sée par le nombre de moutons dont est proprié­taire le berger que par le berger lui-même.

Chaîne de télévision ou agence matrimoniale ? À vous de voir !La fin de l’émission ressemble soit aux contes de fées avec l’image des deux futurs fian­cés se tenant par la main, soit par le départ séparé de chacun des candi­dats, le tout agré­menté d’une musique de circons­tance proche de la marche funèbre. Pour les plus chan­ceux, la média­ti­sa­tion est loin d’être termi­née puisqu’aura ensuite lieu la présen­ta­tion de la jeune fille aux parents de l’heureux élu.

Si ce genre de diffu­sions est loin d’être ma tasse de thé (normal en Chine), il met toute­fois en avant la manière de fonc­tion­ner d’une chaîne publique qui tout en renta­bi­li­sant ses émis­sions, concur­rence par sa puis­sance les sites de rencontres légaux ou non. Si l’audience et la moder­nité ambiante sont des éléments ayant poussé à déve­lop­per ce genre de « services », on peut toute­fois se deman­der s’il ne se cache pas derrière cette mise en scène tein­tée de rose la volonté de garder ses brebis à portée de main en les empê­chant d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.

Si vous dési­rez vous inscrire, c’est ici, mais seule­ment en Chinois. Donc gare aux erreurs de traduc­tion, le terrain est miné !

Albié Alain
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois.
Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes.
La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.