Navigation Menu

Apprendre le Chinois avec Chinoispod.fr

mainIl existe plusieurs méthodes pour apprendre à parler le manda­rin. Chinoispod.fr propose la sienne sous une forme quelque peu parti­cu­lière puisqu’au format MP3, ce qui permet de les copier ensuite sur son lecteur portable, il est dès lors aisé d’écouter ce « profes­seur parti­cu­lier » n’importe où que l’on se trouve. Afin d’en savoir un peu plus tant sur la méthode que sur ses créa­teurs, j’ai demandé à Thierry Char­nal de répondre à quelques ques­tions.

Qui êtes-vous et qu’est-ce qui vous a poussé à élabo­rer la méthode que proposez-vous ?

Je m’appelle Thierry CHARNAL , je suis fran­çais, j’ai 40 ans et je vis en Chine depuis 2004, je suis actuel­le­ment profes­seur dans une univer­sité chinoise.
Je suis parti en Chine avec ma femme (elle est d’origine chinoise) avec l’idée que ce pays pouvait nous appor­ter quelque chose de nouveau, de nouvelles expé­riences, etc.
À cette époque, à notre arri­vée à Shan­ghai je ne parlais pas un mot de chinois.
Je devais donc l’apprendre, ne pouvant me payer le luxe d’aller dans une univer­sité chinoise qui selon moi rançonne les étudiants étran­gers par des tarifs exor­bi­tants, je déci­dais donc d’apprendre par mes propres moyens.
Malheu­reu­se­ment pour moi je ne trou­vais pas de support en fran­çais ou très peu, même si Shan­ghai possède de nombreuses librai­ries, on ne déni­chait que des ouvrages desti­nés aux anglo­phones (pour les futurs arri­vants à Shan­ghai, dans la rue Fuzhou, à côté de people square).
Sur inter­net c’était la même chose, je ne trou­vais pas de sites pour les fran­co­phones ou très peu et par consé­quent il y avait un vide, un manque que je pensais pouvoir combler. J’ai donc très tôt commencé à médi­ter sur le projet, mais à cette époque je n’avais que peu de rela­tion autour de moi, j’ai donc dans un premier temps rédigé des dialogues tirés de mon expé­rience person­nelle avec l’espoir de trou­ver plus tard les bonnes personnes pour bien commen­cer le projet.

A quel public s’adressent vos services ?

Le site est destiné aux fran­co­phones souhai­tant apprendre le manda­rin avec un niveau débu­tant, mais aussi à ceux qui souhaitent amélio­rer leur niveau.
Le site chinoispod.fr propose des ressources permet­tant un appren­tis­sage graduel, la langue enseigne est le manda­rin, langue offi­cielle en Chine.

Ques­tion quelque peu « vache », mais les inter­nautes ont pris l’habitude de se servir sur le web sans souvent écrire seule­ment un merci. Propo­ser des services payants ne va-t-il pas à contre-courant de cette mode d’ailleurs parfois détes­table du beau­coup contre rien ?

Ne possé­dant pas de compé­tences en web marke­ting, je ne pouvais pas prendre le risque de mettre sur le net un site ouvert à tous en espé­rant y atti­rer des spon­sors, des mécènes.
Mes compa­gnons et moi, nous dépen­sons beau­coup d’énergie pour offrir un site d’apprentissage du chinois.
Je suis confiant, chinois­pod saura trou­ver sa place auprès des appre­nants, il suffit d’y mettre de l’énergie et d’être patient, les premiers commen­taires envoyés par certains membres sont encou­ra­geants et nous allons conti­nuer sur cette voie.

 Quelle est la plus grande diffi­culté dans la langue chinoise orale. Je pense en parti­cu­lier aux tons, mais en existe-t-il d’autres ?

Chaque langue renferme des aspects parti­cu­liers plus ou moins diffi­ciles à appré­hen­der, les tons peuvent être une diffi­culté, mais lors d’un échange avec un Chinois indul­gent on arrive toujours se faire comprendre. De mon côté, il y a des sons en manda­rin qui se ressemblent forte­ment, il m’arrive encore aujourd’hui de buter sur ses sons.
La prin­ci­pale diffi­culté c’est soi-même, l’apprentissage d’une langue exige du temps, de la persé­vé­rance et même de la téna­cité. Il faut se fixer un rythme et s’y tenir, cela peut-être 10 minutes chaque jour ou 2 heures chaque semaine peu importe, le plus impor­tant étant de garder la cadence.

Un problème qui m’a gêné au début et dont peu de personnes mettent en lumière concerne nos accents locaux. En ce qui me concerne celui de mon Sud Ouest natal ne m’a guère favo­risé. Quelle est par consé­quent la meilleure origine régio­nale pour parler correc­te­ment le chinois ?

Selon moi il n’y a pas de meilleure région pour dialogue en manda­rin, mon conseil serait de cher­cher à dialo­guer avec les jeunes, les étudiants. Dans les univer­si­tés chinoises, les étudiants ont l’obligation d’utiliser le manda­rin dès qu’ils entrent dans une salle de classe.

Pourriez-vous décrire en détail le fonc­tion­ne­ment de votre méthode tant sous un aspect péda­go­gique que finan­cier ?

L’apprenant manda­rin pourra accé­der aux leçons qu’après avoir choi­sies sa formule d’abonnement qui sont : un mois, trois mois, 6 mois et un an. Les tarifs ne sont pas exagé­rés ils expriment simple­ment la qualité et le travail accom­pli.
La formule « un mois » n’est desti­née qu’à ceux qui dési­rent seule­ment être rassu­rés par la méthode.
Concer­nant la méthode, l’apprenant aura accès à toute la ressource présente sur le site.
Chaque leçon se compose d’un texte écrit en chinois, en pinyin et bien sûr en fran­çais. Le dialogue est enre­gis­tré avec des voix fémi­nines et mascu­lines, ma voix ne fait que traduire en fran­çais.
L’apprenant écoute le fichier mp3 compre­nant le dialogue, le voca­bu­laire et lis les expli­ca­tions (sur un aspect parti­cu­lier du dialogue). L’étudiant aura la possi­bi­lité d’enregistrer sa propre voix via le module présent avec chaque dialogue, il pourra ainsi s’écouter et compa­rer sa voix avec celle de nos inter­ve­nants. Un nouveau service payant est proposé à nos futurs appre­nants, dans la partie abon­ne­ment ils peuvent choi­sir de dialo­guer en chinois direc­te­ment avec un de nos inter­ve­nants via Skype.
La gram­maire chinoise est rela­tive simple à côté de la nôtre, malgré tout l’étudiant aura accès à une cinquan­taine de règles gram­ma­ti­cales pour le premier niveau.

 Que proposez-vous en supplé­ment des méthodes orales sur le site chinoispod.fr ? Certains accès sont-ils gratuits ?

Le site possède une rubrique « ressource » ouverte à tous permet­tant à chacun d’étudier le pinyin, étape obli­ga­toire avant de passer à l’étude des dialogues. La rubrique propose égale­ment de nombreuses vidéos, dont le film du mois tiré du site demain­La­chine, l’étude des prin­ci­paux carac­tères chinois (au final 1000 carac­tères).

Merci Thierry pour ces préci­sions. Afin de soute­nir ce projet des plus inté­res­sants, Reflets de Chine vous propo­sera régu­liè­re­ment quelques leçons gratuites en parte­na­riat avec Chinoispod.fr. Voici la première :

[media id=80]

 

Albié Alain
Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois.
Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes.
La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.