Le monde vu de Chine

.

Acheter en Chine, mais à qui ?


Jour Et NuitAfin de refléter plus exactement la réalité de ce pays, ce qui demeure l’objectif de ce site, je vous proposerai dorénavant en alternance avec la rubrique histoire un certain nombre d’articles ayant un lien avec le marketing, c’est-à-dire tant l’offre existante en Chine que les demandes spécifiques à ce marché chinois qui fait briller autant d’yeux.

Pour beaucoup de personnes, la Chine ne connaissant pas ce pays, la Chine n’est qu’une immense zone industrielle où des employés surexploités travaillent jour et nuit pour fournir l’occident. La vérité est toute autre, même si ces zones existent et sont situées principalement le long des côtes, et ce, pour des raisons évidentes de commodités d’expédition. En principe, ou du moins jusqu’à une période récente ces ZFE (zones franches d’exportation) étaient tenues de ne vendre leurs fabrications qu’à des pays tiers, et ce, afin de ne pas concurrencer les sociétés ne visant que le marché local. Un produit pénétrant en provenance de ces zones et pénétrant sur le reste du pays se voyait taxé au même titre qu’un produit importé, et ce une dépassé un certain quota fixé annuellement par les autorités Chinoises. Avec la crise de 2008 et la chute des exportations, des mesures d’assouplissement ont été prises en vue de permettre aux entreprises côtières de venir chercher à l’intérieur du pays ce qu’elles ont perdu à l’extérieur.

Ce qui n’a par contre guère changé, et s’est au contraire resserré est le mode d’attribution des licences, passage obligé pour chaque entreprise chinoise désirant exporter. Au travers de divers contrôles visant à vérifier le potentiel réel de l’entreprise à fabriquer des produits destinés à l’export, mais également par le dépôt d’un certain capital fixé par l’administration du Commerce, la société va se voir attribuée le droit tant convoité d’exporter. Ces licences sont assez restrictives et ne couvrent parfois qu’une partie de la production, ce que les exportateurs se gardent bien de demander, mais également certains importateurs peu regardants.

Lors d’un achat en Chine, un importateur doit donc vérifier que son fournisseur possède bien cette licence, ce qui ne lui garantit d’ailleurs aucunement que les produits seront conformes, et ce, pour une raison très simple :

Vérifier l’usine avant l’achat, comme le conseillent certains « spécialistes » relève dans de nombreux cas de la pure plaisanterie, car, à moins de dormir sur place, rien ne peut vous assurer que votre commande sera réellement fabriquée dans les magnifiques locaux que le responsable de l’entreprise vous aura faits visités. Il faut en effet savoir que les entreprises chinoises travaillent avec le minimum de stock de matières premières, mais également de capacité de production, se callant sur la demande annuelle de leurs gros clients avec qui ils sont souvent des contrats. Votre commande sera donc un supplément, certes bienvenu, mais qui, suivant la période et le volume de fabrication du moment sera totalement ou en partie sous-traitée par une entreprise ne présentant pas les mêmes garanties de qualité. Le fait d’être de plus sous-traitée va lui imposer une fabrication à un coup encore très bas, ce qui aura inévitablement une influence néfaste sur le produit fini.

Il faut donc savoir, que d’une part une entreprise importante de manière occasionnelle n’aura jamais les meilleurs prix, et que d’autre part votre commande de 50 000 pièces a de fortes chances d’être traitée par une entreprise totalement autre que celle à laquelle vous vous êtes adressé.

Afin d’éviter ce genre de désagréments, il existe bien évidemment des solutions que seront à même de vous proposez les vrais professionnels du “sourcing” et du contrôle qualité, ne parlant pas là de l’expatrié tentant de se faire un peu d’argent en Chine pour prolonger son séjour, auréolé de son tout frais diplôme d’une école de Commerce. Ce métier, car il l’est à part entière, est le domaine de personnes connaissant tant les produits que vous désirez commander, que les différents réseaux locaux sans qui il s’avère très difficile de conclure efficacement une affaire.

Si acheter en Chine est très facile, acheter n’importe quoi à n’importe qui se révèle d’une incroyable facilité, et les déconvenues seraient bien moins nombreuses avec un minimum de connaissance du pays, à moins de s’adjoindre les services d’un vrai professionnel comme il est stipulé plus haut. S’il suffisait d’habiter à côté d’une boulangerie pour savoir faire le pain, cela se saurait, et bien dites-vous également qu’il ne suffit pas de résider en Chine pour être un spécialiste dans le domaine des achats.

Votre avis sur cet article


Soumettre votre avis
* Champ obligatoire

Reflets de Chine
Chajiang Lu HengxianGX530300 CHINA 
 • xxxxxx

Publié par le .



Albié Alain

Vit non pas dans une mégapole pleine d'expatriés, mais dans un village plein de Chinois. Pour le reste faut-il être diplômé pour comprendre le monde, chacun sa réponse en fonction de ses propres diplômes. La publication d'extraits de cet article est autorisée sous réserve qu'un lien renvoie vers l'original.